49 jours de Fabrice Colin

couv49joursTitre : La Dernière Guerre, tome 1 : 49 jours
Auteur : Fabrice Colin
Éditeur : Michel Lafon
Nombre de pages : 416


Résumé :
Je m’appelle Floryan ; j’ai dix-sept ans. Il y a quelques jours, je suis mort : un attentat dans le métro. Je me suis réveillé dans un paysage de plaine et de montagnes, somptueux, qui s’étendait à perte de vue. Un être de lumière m’a accueilli, se présentant comme un « Élohim ». Il m’a proposé un choix : soit je le suivais dans le Royaume – un paradis, selon lui, mais que je n’étais pas autorisé à voir avant de m’y rendre -, soit je plongeais dans le Nihil, un gouffre gigantesque menant vers … Vers quoi ? C’est là toute la question. Je ne sais rien du Nihil, j’ignore tout du Royaume, et j’ai quarante-neuf jours, pas un de plus, pour prendre une décision. Le problème, c’est que ce choix n’engage pas que moi …


Avis :
En lisant ce succulent résumé, je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est fou comme notre cerveau est capable de s’imaginer des choses en ne lisant que quelques mots d’un résumé. De suite je peux le dire, cette lecture n’est pas un coup de cœur, mais j’ai tout de même beaucoup apprécier voire adorer plonger dans cet univers tout nouveau pour moi.

Je ne pourrais pas vous en dire beaucoup, car le plus petit des détails se révèle être un spoil, et le spoil c’est mal. Fabrice Colin, auteur que je ne connaissais pas avant de lire ce livre, sait manier la langue Française pour crée des suspens de folie. Le narrateur est Floryan, un jeune homme de 2012. Pas de suspens sur son cas : il meurt dès le début. Mais son histoire va se dérouler au-delà de cette mort si brutale.

On débarque – en même temps que Floryan – dans un pays totalement étrange, sorti tout droit d’un roman à la Tolkien. Très féérique, rien que dans les descriptions très succinctes du romancier. Nous sommes les yeux de Floryan. On s’adapte à sa nouvelle vie en même temps que lui. Il faut se mettre à sa place : une « vie » après la mort, il y  de quoi se poser des questions ? C’est irréel et pourtant, Floryan a cette chance.

Ma curiosité est très vite piquée au vif. Dès les premières pages, je n’ai pas pu me défaire de l’histoire. Je voulais toujours en savoir plus. Le style d’écriture de Fabrice Colin m’a envoutée, me happais sans fin. La fin de chaque chapitre appelle à lire directement la suite. Si bien qu’il m’était difficile de lâcher ce pavé. Un univers créé de toute part, l’auteur sait comment tenir ses lecteurs en haleine.

L’épilogue me laisse dubitative, extrêmement curieuse, en quête de réponses. Bien que ce genre littéraire ne soit pas ma tasse de thé, j’aime découvrir d’autres choses. Et cette lecture en fait partie. Je m’attèle donc à la lecture du tome 2, espérant y trouver les réponses que j’attends.

En conclusion, si vous êtes féru de SF, d’univers irréel, cette lecture est pour vous. Un style d’écriture parfait, maniant la langue avec justesse. Fabrice Colin a réussi me tenir en haleine.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s