Acquittée d’Alexandra Lange

acquittéeTitre : Acquittée «Je l’ai tuée pour ne pas mourir»
Auteure : Alexandra Lange
Éditeur de la version poche : J’ai Lu
Nombre de pages : 275


Résumé :
Sans doute Alexandra est-elle restée au début par amour. Il y a eu les promesses, également. Puis les coups, les insultes, les humiliations, les viols, les strangulations, la peur.
C’est cette peur qui l’empêche de partir. Peur de se retrouver à la rue avec ses enfants, peur des représailles sur ses proches, peur des menaces de son mari : « Si tu fais ça, je te tuerai ». Le soir du drame, Alexandra lui annonce qu’elle va partir. L’ultime tentative d’étranglement la terrifie au point qu’elle commet le geste fatal.
En reconnaissant ici la légitime défense, la justice française a braqué les projecteurs sur les victimes de violences conjugales. Un témoignage adressée à nous tous, un appel à l’aide pour ces femmes en danger.


Avis :
Après avoir vu le téléfilm éponyme diffusé sur tf1, je me devais de lire le vrai témoignage de cette femme. Je connaissais les faits, j’en avais entendu parlé aux informations.

C’est très rare pour moi de lire des témoignages mais celui-ci sort du lot. Les violences faites aux femmes sont connues, mais peu citées. C’est malheureusement trop courant, et les chiffres sont affreux. Dès les premières lignes ça m’a pris au ventre. Son histoire est peut-être « très classique » mais le dénouement est inédit. C’est la première femme acquittée pour le meurtre de son mari.

Le récit est chronologique. Bien que le début parle du procès d’Alexandra, il nous faut connaître son histoire depuis le début. Comment elle a rencontré son futur bourreau, quand les premiers coups ont commencé à tomber, etc. C’est Alexandra qui parle, elle emploie la première personne du singulier, et cela renforce grandement le récit. Je pouvais presque l’entendre me parler. Au fils des pages, je me suis prise d’affection pour cette femme. Son combat au quotidien n’a pas dû être facile, et le fait d’en avoir fait un livre est une prouesse. Elle ne s’est pas laissée abattre par tout ceci. Le vocabulaire employé est d’une brutalité que cela a rendu ma lecture difficile. Ce livre m’a bouleversée au sens large du terme.

Ce livre n’est pas un roman, mais le récit d’une femme avec un grand F.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s